ROBERT NIONDO : la naissance d’un leader pour le riche Territoire de Muanda.

1
Aidez-nous à partager cet article

 

Quel leader pour un territoire aux réalités socio-économiques contrastantes : le plus riche territoire du Kongo Central sur papier, Muanda est en réalité, l’un des territoires les plus pauvres de la province. Malgré une manne pétrolière qui rapporte chaque année des millions de dollars au pays, ce territoire peine à s’affirmer et continue à croupir dans le noir depuis l’indépendance.

 

D’aucuns s’accordent sur le Manque d’un véritable leader pour le territoire où coule l’or noir. Et cette situation énigmatique et calamiteuse place Muanda en cette période pré-électorale à la croisée des chemins. Quel leader pour ce riche territoire ? Quel Jésus faut-il pour sauver la contrée côtière du Kongo Central?

 

Lire aussi :

ÉLECTIONS 2023: La menace Robert NIONDO dans le Territoire de MUANDA

 

De plus en plus, une figure de proue semble marquer l’accord du peuple riche-pauvre : Robert Niondo TOKO. Issu d’une famille modeste, Niondo a réussi, au fil des années, à devenir une référence, un homme très respecté dans le monde des affaires. Lors des jeux de la Francophonie, il a marqué les esprits en ayant construit une salle multisports au-delà des attentes des organisateurs.

 

Un parcours qui force l’admiration

 

Avec un parcours qui laisse tout le monde de marbre, Robert NIONDO a pris conscience très tôt de la pauvreté dans sa famille. Né d’un père chauffeur, militaire à baki et d’une maman ménagère, dès l’âge de 7ans, le jeune Robert devait vendre dans la rue les gratanas (forme des beignets), pour subvenir aux besoins de la famille.

 

À 13 ans, Niondo avait complètement pris les choses en mains en allant faire du commerce à Brazzaville pour payer ses frais scolaires. Dans l’impossibilité pour lui d’avoir une scolarité normale, le jeune garçon décrochera son diplôme d’État en autodidacte avec l’appui d’un ami qui était scolarisé à l’institut du kasai en sciences commerciales et administratives).

 

 

Sans se poser des questions Robert NIONDO va s’inscrire à l’institut supérieur du commerce à Kinshasa. Il étudie le soir afin de lui permettre de continuer son commerce et payer les frais de ses études. Entre Kinshasa et luozi, il multiplie les voyages pour acheter les sacs des haricots pendant les vacances. Brillant, il sortira premier de sa promotion avec distinction (74%).

 

Le jour de sa collation restera inoubliable pour toute la famille, au palais du peuple lors de la remise des diplômes. Retenu comme assistant à l’isc, il commence à enseigner la comptabilité analytique d’exploitation lorsqu’il sera repéré et recruté à la SOFIDE comme cadre supérieur.

 

Très ambitieux Robert Niondo va rejoindre directement l’Europe vers les années 88 sans aucune famille. Entre les rues de Paris et la vie dans les métros où il passait ses nuits sans oublier le secours catholique à Paris, il va s’en sortir en trouvant des petits boulots. D’abord homme de ménage, ensuite manutentionnaire et enfin aide maçon.

 

Puis un beau jour ; Robert NIONDO est repéré par un chef d’entreprise de sécurité pour devenir inspecteur principal. Niondo peut enfin pousser un ouf de soulagement car le jeune homme de 31 ans va désormais se lancer en solo

 

 

En 1994, à 31 ans, Robert NIONDO monte sa première entreprise en France tout en continuant ses études. Ainsi, il décrochera son Master en sciences économiques à Sorbonne Paris. À ce jour, il est un homme d’affaires respecté qui réussit tout ce qu’il entreprend avec plusieurs entreprises à travers le monde.

 

Candidat dans le Territoire de Muanda

 

Candidat finalement à la députation nationale, le nom de Robert Niondo TOKO suscite beaucoup d’espoirs et d’intérêts au-delà de son Muanda natal. Dans le bas fleuve par exemple, la population rêve de retrouver en lui un leader capable de rassembler : « Niondo peut être un grand leader non seulement pour le Bas fleuve mais aussi pour la province tout entière. Robert Niondo a cette capacité de rassembler tout le monde autour de lui », explique Jospin NLANDU, journaliste en ligne.

 

Lire aussi :

En attendant son ultime décision sur une possible carrière politique, Robert Niondo savoure dans la cour des grands. 

S’il veut devenir ce nouveau leader dans ce terrain, Robert Niondo doit au préalable se faire élire. Présent au sein du regroupement Alliance des partis politiques alliés au peuple du très puissant Tony KANKU, Niondo a toute la couverture politique possible pour émerger et aller loin en fonction de ses ambitions, car les ambitions, le notable et riche homme d’affaires en a à coup sûr en quantité industrielle !

 

En plus de ses relations et de ses moyens financiers, Robert Niondo est aussi un homme qui sait aider les autres, un altruiste! Dans la cité côtière, il n’hésite pas à mettre la main dans la poche pour secourir quiconque l’approche : les mamans vendeuses, les mamans maraîchères,… jusqu’à distribuer gratuitement de l’eau auprès de toute la population.

 

« Il est riche et très social, il sait se mettre au niveau de la population, et c’est ce qui le différencie des autres. Il aide de nombreuses personnes, ses rivaux politiques aujourd’hui, ils ont déjà reçu son aide ! Rien d’autre que le désir de faire du bien est sa caractéristique prédominante. Nous dirions même qu’il entretient un amour platonique avec sa base. C’est un homme de bien qui sait surtout pardonner », analyse Richard Yimbu à Muanda.

 

Homme à abattre, la proie de ses adversaires candidats à la députation nationale, Robert Niondo avance sans se mêler dans la polémique. Ses adversaires le trouvent trop encombrant et difficile à contourner. Continuera-t-il à garder silence face aux assauts de ses concurrents ? Fin négociateur, la voie est toute tracée pour que Robert Niondo devienne le nouveau et véritable leader politique du Territoire le plus riche du Kongo Central.

 

Martin SOLO

 

1 thought on “ROBERT NIONDO : la naissance d’un leader pour le riche Territoire de Muanda.

  1. Autant de courage! Félicitations à Mr Robert Niondo. Il mérite la place qu’il cherche , il sera d’un grand secours pour Moanda, voir même tout le Congo central.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×