Affaire question orale avec débat adressée au Gouverneur : Deux lettres remettent en cause le plan du Président de l’Assemblée provinciale.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Le président de l’Assemblée provinciale Jean Claude Mvuemba a-t-il voulu trafiquer la question orale avec débat du député Provincial Guylain Panzu ? Deux lettres, consultées ce soir par la Voix du Kongo Central, remettent en cause le plan du speaker de l’Assemblée provinciale, accusé par une certaine opinion de vouloir déstabiliser la Province. La première lettre est écrite par le vice président de l’Assemblée provinciale Samuel Nimi et la seconde par le bureau d’études de cette même institution.

 

L’enquête menée par notre rédaction est à mesure de confirmer que le président de l’Assemblée provinciale Jean Claude Mvuemba a écrit au Gouverneur de province sans tenir compte de l’avis du bureau d’études de l’Assemblée provinciale qui avait préconisé que l’honorable Guylain Panzu enrichisse sa question orale, à défaut que celle ci soit adressée au Ministre provincial des finances. Pire les autres membres du bureau de l’Assemblée provinciale avaient désapprouvé la démarche de Jean Claude Mvuemba.

 

Dans la lettre datée du 24 Avril , le vice Président Samuel NIMI adresse plusieurs observations à Jean Claude Mvuemba. Samuel NIMI rappelle à Jean Claude Mvuemba les observations faites par les membres du bureau de l’Assemblée provinciale sur la question orale avec débat de l’honorable Guylain Panzu:

  • la question orale telle que rédigée par son auteur n’aurait pas dû être transmise à cet état, au regard de l’avis contenu dans la note technique n°BE/AA/AP/AB/04/2023 du 22 Avril 2023 du coordonnateur du bureau d’études, en ce qu’il conclut que le « texte original soit enrichi à l’effet de lui donner un caractère de politique générale », et ce, conformément au disposition 144 alinéa 3 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Kongo Central.
  • Aussitôt que l’avis du bureau d’études avait été transmis au bureau de l’Assemblée provinciale, ce dernier devrait se réunir sur votre convocation , pour mieux analyser les contours de la question orale et y réserver une suite étant entendu que l’enrichissement du texte doit être considéré comme une irrecevabilité, selon l’esprit et la lettre de l’alinéa 2 de l’article 143 du même règlement intérieur, et partant doit être immédiatement notifié à l’auteur de la question.

 

Comme on peut le remarquer, le vice Président de l’Assemblée ainsi les autres membres du bureau reprochent à Jean Claude Mvuemba, de manière personnelle, et sans l’avis du bureau de l’Assemblée provinciale, avoir invité le gouverneur à se présenter le 02 Mai à l’assemblée provinciale. Jean Claude Mvuemba aurait dû selon Samuel NIMI inviter l’honorable Guylain Panzu de reformuler sa question orale : « la procédure prévue aux articles sus- évoqués n’ayant pas été suivie, il importe d’inviter l’auteur de la question à reformuler tout en intégrant l’avis du bureau d’études de l’Assemblée provinciale« .

 

Remis en cause par ses collègues du bureau de l’Assemblée provinciale, Jean Claude Mvuemba est invité à une auto critique. Toute fois, des questions méritent tout de même être posées : Pourquoi Jean Claude Mvuemba a-t-il précipité d’inviter le gouverneur malgré l’avis contraire de son propre bureau d’études ? Après une décennie d’instabilité politiques, les démons de la division de nouveau à la porte du Kongo Central, derrière le président de l’Assemblée provinciale ?

 

Martin SOLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×