Mégestion à l’OEBK : le ministre veut punir les innocents à la place des coupables.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Drôle de situation à l’OEBK, l’Organisation pour l’équipement de Banana-kinshasa qui gère notamment le pont Maréchal. Le ministre de Transport sur le point de démissionner après avoir été élu, veut punir des innocents à la place de véritables coupables.

 

En effet, après la mission de l’inspection générale des finances du 23 Février au 11 Avril, les inspecteurs avaient recommandé au ministre de Transport de remplacer l’actuel comité de gestion dirigé par Jean Claude Mavambu mais aussi de réduire sa taille.

 

Lire aussi :

Mauvais temps pour la Direction Générale de l’OEBK : Le ministère de Transport annonce quelques mesures conservatoires.

 

À ce jour, alors que le ministre de transport est sur le point de plier bagages afin d’aller siéger à l’assemblée nationale, notre rédaction a appris qu’à la place de remplacer l’actuel Comité de gestion tel que recommandé par l’IGF, il se proposerait plutôt de nommer un nouveau Directeur général Adjoint, tout en gardant son titulaire.

 

 

Dès lors on s’interroge sur les motivations de vouloir remplacer le DGA, cadre de l’UDPS, pour conserver ceux qui ont été épinglés par le rapport de l’inspection générale des finances. Pour rappel, le Directeur Général Adjoint de l’OEBK n’est pas impliqué dans la gestion quotidienne de l’entreprise.

 

« Il ne gère pas, il n’a pas une signature conjointe avec le DG, il ordonne par le décaissement d’argent sauf en l’absence du DG. On s’interroge sur les vraies motivations génératrices de ce plan visant à punir les innocents tout en gardant les coupables », se plaint sous couvert d’anonymat un agent de l’OEBK.

 

Lire aussi :

Prétendu détournement des fonds à l’OEBK: la feuille d’observation de l’IGF épargne le DGA Daniel Tovo.

 

Le 31 juillet 2023, l’IGF avait invité dans ses bureaux à Kinshasa tous les responsables du Comité de gestion impliqués et cités dans la mégestion après le passage de ses inspecteurs. Selon nos sources, seul le DGA Daniel Tovo n’était pas invité à s’expliquer:

 

« le ministre cherche à brouiller les pistes avant son départ en voulant remplacer le DGA pour montrer qu’il a respecté les consignes de l’IGF. Si c’est ce qu’il veut, il doit remplacer tout le Comité. Un ministre ne peut pas agir sous l’influence d’un DG qui trouve son DGA trop encombrant », conclut un agent de l’entreprise.

 

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×