Insécurité à Kimpese : la Commission interministérielle de Kinshasa charge le gouverneur de province. 

0
Aidez-nous à partager cet article

 

À l’issue de trois jours de sa mission dans le territoire de Songololo, plus précisément dans l’ex cité de Kimpese, la commission mixte, composée du ministre des droits humains, des vices ministres de l’intérieur et de la justice, a tiré les conclusions de ses trois jours de consultations apportant ainsi la lumière sur les incidents qui ont débouché sur des dégâts collatéraux énormes.

 

Ces conclusions, lues par Fabrice Puela, ministre des droits humains et chef de la délégation, chargent lourdement le gouverneur de province Guy Bandu Ndungidi. Après plusieurs échanges avec les différentes couches de la population, la commission a dénoncé plusieurs irrégularités entre autres l’absence d’une bonne coordination du point de vue sécuritaire par les autorités politico-administratives provinciales.

 

Lire aussi : 

Affaire insécurité à Kimpese : la Commission mixte annonce le rappel immédiat à Kinshasa du Gouverneur de province docteur Guy Bandu

 

Pour la commission Puela, le gouverneur de province a fait montre de beaucoup de signes de passivité alors que plusieurs rapports sécuritaires lui ont été adressés: « il a manqué le sens de l’anticipation », peut on entendre dans la lecture du rapport de cette commission qui épingle également le manque de collaboration entre les autorités politico-administratives et les services de sécurité.

 

Aussi, la commission mixte a t-elle annoncé plusieurs mesures parmi lesquelles: la prise en charge par le Trésor public des obsèques des victimes, le rappel à l’immédiat à Kinshasa du gouverneur de province et de l’Administrateur du territoire de Songololo pour consultation, la mise à la disposition de la justice des éléments FARDC et ceux de la PNC qui ont ouvert le feu sur la population...

 

Lire aussi :

Albert Fabrice Puela annonce l’arrivée d’une commission mixte à Kimpese.

 

Par ailleurs, la Commission Puela a annoncé le début des travaux de rénovation des infrastructures de la CINAT. Une information qui devrait rejouir la population qui ne cesse de dénoncer la recrudescence du chômage . Notons en passant que la population de Kimpese a dénoncé la surfacturation forfaitaire par la SNEL et la Regideso comme l’une des causes de la frustration au sein de l’opinion publique de la cité.

 

Envoyé spécial à Kimpese Frédéric Mbila

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×