Albert Fabrice Puela annonce l’arrivée d’une commission mixte à Kimpese.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

« La situation qui prévaut dans le Territoire de Songololo, plus précisément dans la cité de Kimpese, préoccupe au plus haut point les institutions de la République« . Ces paroles sont du Ministre des droits humains, Albert Fabrice Puela qui s’est exprimé depuis son bureau à Kinshasa.

 

Dans sa prise de parole, le Ministre des droits humains a annoncé une mission conjointe du ministère de l’intérieur, justice et droits humains « afin de faire toute la lumière sur la situation et établir les responsabilités qui s’imposent ». Il se dit préoccupé par les perturbations sur la libre circulation des biens et des personnes pouvant aggraver la situation.

 

Lire aussi : 

Insécurité à Kimpese : les jeunes appellent à une journée ville morte

 

Albert Fabrice Puela appelle la population de l’ex cité de Kimpese au calme, à vaquer à leurs occupations et à faire confiance aux institutions de la République car dit-il « le gouvernement prend à coeur l’ampleur de la situation et une réponse idoine sera réservée ».

 

Le Ministre a par ailleurs demandé à la population et à toutes les forces vives du territoire de Songololo de mettre à profit la présence de cette commission mixte afin d’exprimer toutes les préoccupations, en toute liberté et toute responsabilité: « personne ne sera arrêtée pour avoir librement exprimé ses opinions », a-t-il prévenu.

 

Lire aussi :

Manifestation de Kimpese : Les dommages collatéraux sont énormes et effrayants.

 

Ministre des droits humains, Fabrice Puela a rappelé qu’ hormis le droit à la vie, son ministère reconnaît également le droit à la sécurité pour tout humain. Il a rassuré que le chef de l’État réélu récemment a fait de la sécurité son cheval de bataille.

 

Pour rappel, pendant deux jours, la population de Kimpese a manifesté suite à la recrudescence de l’insécurité dans l’ex cité. Au moins trois personnes dont un policier étaient décédées la journée du lundi 29 janvier. Mardi, les corps de deux autres policiers avaient été retrouvés dans la rue.

 

Martin SOLO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×