Insécurité à Kimpese : les jeunes appellent à une journée ville morte

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Rien ne marche dans le Territoire de Songololo, plus précisément dans la cité de Kimpese où il ne se passe plus une journée sans qu’une famille ne soit visitée par des hommes en armes. Une insécurité de plus en plus croissante, couplée à l’impuissance des autorités, a poussé les jeunes à déclarer la journée du 29 janvier 2024, « ville morte « .

 

« C’est chaque jour que des familles sont visitées par des inciviques qui tuent ceux qui ne donnent pas l’argent et on n’a même visité des malades dans les hôpitaux. La situation devient alarmante et insupportable », explique Pislain Lusalusu à Kimpese qui s’inquiète de l’impuissance des autorités du Territoire.

 

Même constat fait par l’honorable Nelly MUINGA. La députée honoraire, très attachée à sa population, se dit profondément préoccupée par la montée de l’insécurité dans l’ex cité de Kimpese et dit soutenir l’appel à une journée ville morte lancé par les jeunes :

 

« Je suis profondément préoccupée par cette situation intolérable. Il est de mon devoir de défendre les intérêts de mes concitoyens. C’est pourquoi je soutiens pleinement l’initiative des jeunes de Kimpese qui demandent aux autorités compétentes de prendre des mesures urgentes pour assurer leur sécurité et protéger nos villes », a-t-elle fait savoir à la VOIX DU KONGO CENTRAL

 

Appel à une journée ville morte lundi

 

La députée Honoraire appelle les autorités à s’assumer le plus rapidement possible : « Nous exigeons que les coupables de ces actes de violence soient arrêtés et traduits en justice. Il est temps que nous puissions vivre dans la paix et la tranquillité, sans craindre pour nos vies et nos biens. Nous devons agir rapidement et efficacement pour restaurer la confiance et la sécurité dans l’Ex. Cité », a déclaré Nelly MUINGA.

 

La montée de l’insécurité pose également un problème sur la capacité des autorités aussi bien locales que provinciales à sécuriser efficacement la population. Pour un problème qui dure depuis plusieurs mois, aucun semblant de solution n’a été trouvée. La population abandonnée à son triste sort ne sait sur quel saint se vouer. La journée ville morte de lundi, arrivera t-elle à faire bouger les lignes du côté des décideurs de la province ?

 

Martin SOLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×