Guy Bandu face à trois scénarios difficiles pour la suite de sa carrière politique. 

0
Aidez-nous à partager cet article

 

La publication des résultats provisoires des élections législatives provinciales ce dimanche soir par la centrale électorale confirme la victoire de l’actuel gouverneur du Kongo Central à la députation provinciale alors qu’il avait déjà obtenu son siège à l’assemblée nationale. Toujours à la tête de la province, Guy Bandu va devoir opérer un choix judicieux.

 

En effet, la performance du chef de l’exécutif provincial a été saluée à juste titre à travers la province; mais très vite, Guy Bandu va devoir faire des choix difficiles pour la suite de sa carrière politique. Alors que la nouvelle assemblée nationale sera de retour ce 29 janvier, le gouverneur sera obligé de se présenter à cette séance administrative, consacrée à l’identification des nouveaux élus.

 

Premier scénario

 

Élu député national, Guy Bandu va devoir choisir tout d’abord entre l’assemblée nationale ou l’assemblée provinciale. Soit, il décide de suivre l’exemple du gouverneur Mbatshi Batshia qui avait quitté son poste à l’issue des élections législatives de 2011 ou il décide de rester gouverneur et copier son prédécesseur en 2018.

 

Lire aussi : 

Guy Bandu prend sa revanche sur tous ses détracteurs. 

 

S’il choisit d’abandonner son mandat d’élu national, le gouverneur laissera son siège à son épouse afin de représenter la ville de Matadi au parlement Congolais.

 

Deuxième scénario

 

Élu également député provincial, Guy Bandu pourrait décider aussi de laisser l’assemblée provinciale à son premier suppléant, l’actuel Ministre provincial de l’énergie. D’après nos informations, ce scénario a été longuement discuté en interne au sein de l’équipe restreinte du gouverneur alors que ce dernier n’a pas abandonné ses envies de se représenter pour un mandat plein.

 

Troisième scénario

 

Guy Bandu pourrait enfin renoncer tout simplement à ces deux mandats pour consacrer ses forces à une possible réélection à la tête de la province. On se souvient qu’en 2018, Atou Matubuana avait renoncé à ses mandats afin de rester gouverneur intérimaire et conduire la province vers des nouvelles élections qu’il avait d’ailleurs largement remportées face à Simon Floribert Mbatshi Batshia.

 

Un pari risqué pour le chef de l’exécutif provincial surtout s’il n’est pas le candidat officiel de L’Union Sacrée, la plateforme politique du camp présidentiel. Avec 8 députés provinciaux obtenus par son parti l’UNC, Guy Bandu pourrait s’appuyer sur son regroupement politique afin d’obtenir sa désignation officielle comme candidat de l’Union Sacrée.

 

Lire aussi

Première réaction du gouverneur Guy Bandu après la publication des résultats provisoires par la CENI. 

 

Encore une dernière carte pour Guy Bandu. Le chef de l’exécutif provincial pourrait se présenter comme candidat sénateur pour le compte de l’UNC alors que plusieurs de ses proches ont été élus. Interrogé par notre rédaction, il a rejeté cette possibilité: « il faut laisser aussi la place aux autres », a-t-il déclaré.

 

Plus que quelques jours, l’ultime choix du gouverneur sera connu. Alors que la VOIX DU KONGO CENTRAL l’interogeait justement sur le choix qu’il va opérer, Guy Bandu a demandé du temps afin de lui permettre « de réfléchir beaucoup plus calmement maintenant que le processus sur la publication des résultats est terminé ».

 

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×