Atou MATUBUANA NKULUKI, peut-il réellement revenir à la tête de la province du Kongo Central ?

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Dimanche 10 décembre, interrogé sur la radio Top Congo lors de son émission EN CAMPAGNE à Mbanza Ngungu, Atou Matubuana affirmait qu’il rentrerait à la tête de la province comme gouverneur. Une sortie médiatique qui a suscité d’énormes réactions à travers la province. Voici dans cet éditorial, le point de vue de la rédaction de la VOIX DU KONGO CENTRAL.

 

Atou MATUBUANA n’a pas dit la vérité !

 

Combatif et avec un esprit révolutionnaire comme dans ses habitudes, Atou Matubuana a déclaré que son départ du gouvernorat avait été décidé par Kinshasa. L’ancien gouverneur a volontairement ignoré qu’en date du 04 décembre 2019, une motion de censure avait été votée contre lui et son gouvernement. C’est la motion BILOLO, présentée par l’honorable Masumu Baya et votée à l’hôtel Bilolo.

 

Après le vote de la motion, Atou Matubuana avait refusé d’introduire un recours pour contester la légalité de sa déchéance, on le rappelle, votée par 24 députés provinciaux, soit au delà de la majorité absolue. Malgré cette motion, le gouverneur bénéficiera de la protection sans faille du ministre de l’intérieur, Gilbert Kakonde.

 

Le 13 juillet 2020, le procureur près la cour constitutionnelle avait aussi sommé, d’une part, le gouverneur Atou Matubuana de présenter sa démission au président de la République et, d’autre part, le ministre de l’intérieur d’organiser l’intérim. Après le remplacement de Gilbert Kakonde par Daniel Aselo, ce dernier eut le courage de faire exécuter la décision de la décision de la cour constitutionnelle.

 

En affirmant que sa déchéance était une manœuvre de Kinshasa, l’ancien vice gouverneur de Jacques MBADU n’a pas dit la vérité, lui qui avait longtemps bénéficié de la protection de ce même Kinshasa pendant près de deux ans sans jamais être inquiété malgré une motion votée en bonne et due forme contre lui.

 

Atou Matubuana, membre d’un regroupement politique avec des hommes ambitieux 

 

En déclarant son désir de revenir comme gouverneur, Atou Matubuana n’ignore pas qu’il est membre d’un regroupement, AAAP et que, pour revenir à la tête de la province, sa candidature devra être portée tout d’abord au sein du regroupement politique. Dans ce dernier cas, il y a aussi la sénatrice Néfertiti NGUDANZA BAYOKISA, le notable Robert Niondo ou encore Muller LUTHELO.

 

Des hommes ambitieux dont on n’ignore pas les envies à vouloir aussi diriger la province. Accepteront-ils si facilement de laisser la place à un homme qui a quitté la province par la plus petite porte? Reste à savoir si son regroupement politique serait vraiment prêt à miser sur un candidat déplumé dans sa province.

 

Les récents propos du président à Mbanza Ngungu ont galvanisé Atou Matubuana 

 

En tournée dans le Territoire de Mbanza Ngungu, le président Félix TSHISEKEDI, candidat à sa propre succession, avait tenu un meeting au terrain Tata Kitemoko. Pendant cette manifestation, une poignée de jeunes, probablement bien préparés, avaient réclamé en choeur le retour de Atou Matubuana à la tête de la province.

 

À cette demande, Félix TSHISEKEDI avait répondu: « si vous le votez, il va retourner ». Cette phrase du président de la République a peut-être galvanisé l’ancien Gouverneur et lui a redonné espoir. Fin politicien, Atou Matubuana n’oublie pas que certains propos prononcés publiquement par le chef de l’État en campagne le sont pour adoucir le public et calmer les esprits.

 

Car Félix TSHISEKEDI sait très bien que le gouverneur de province est élu non pas au suffrage universel direct mais au suffrage indirect, par des députés provinciaux. Avec la présence d’une nouvelle assemblée provinciale en février 2024, il sera difficile de parier que celle-ci se jette dans les bras de NKULUKI aussi facilement.

 

Une nouvelle génération réclamée

 

L’annonce de Atou Matubuana a suscité d’énormes réactions dans les réseaux sociaux. Plusieurs ont rappelé que le gouvernorat du Kongo Central n’était pas un royaume où les mêmes têtes reviennent. On se souviendra qu’en 2018, le clan Atou Matubuana avait utilisé le même argument pour combattre le retour de Simon Floribert MBATSHI.

 

Il est peut-être temps pour Atou Matubuana de soutenir une nouvelle génération car son règne avait sérieusement divisé les fils et filles de la province. De 2019 à 2021, plusieurs élus provinciaux ont perdu la vie à l’image du premier suppléant du gouverneur, assassiné à son domicile à Matadi et tant d’autres élus du peuple dont le célèbre Masumu Baya, auteur de la motion de censure contre le gouvernement provincial.

 

Atou Matubuana revient bientôt à la tête de la province ? Oui le rêve est permis mais même Jésus n’est jamais revenu plusieurs siècles après malgré l’insistance de la bible et des hommes de Dieu sur son retour imminent. NKULUKI ferait mieux de viser la présidence de la l’assemblée nationale par exemple où il serait un excellent speaker avec son éloquence.

 

Martin SOLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×