Joseph Kasa-Vubu est destitué de ses fonctions de président de la République.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Le 24 novembre 1965, prise de pouvoir par le lieutenant-général Joseph-Désiré Mobutu, à travers un coup d’état militaire. Mobutu annoncera qu’il rendra le pouvoir dans 5 ans, mais il restera finalement au pouvoir pendant 32 ans.

 

Ce jour-là, le lieutenant-général Joseph-Désiré Mobutu a réuni, à Léopoldville (Kinshasa), tous les hauts responsables de l’Armée Nationale Congolaise (ANC). Il avait sollicité et obtenu du Président Joseph Kasa Vubu l’arrivée à Léo de tous les responsables militaires.

 

Mobutu avait justifié cette convocation de ses pairs à Kinshasa en vue de célébrer le premier anniversaire de la reprise de Stanleyville (Kisangani) par l’ANC (c’était le 24 novembre 1964). Mais ça sera pour faire son coup d’état.

 

À sa prise de pouvoir ce 24 novembre, Mobutu est à la tête de ce qu’ils avaient appelé « Haut commandement militaire ». Il décida de démette de ses fonctions le tout premier président du Congo, Joseph Kasa Vubu, ainsi que toutes les autres institutions de la République.

 

Pendant 32 ans, cet événement du 24 novembre était célébré avec faste, plus que la journée nationale, le 30 juin, jour de l’Indépendance. C’était un jour férié et donnait lieu à de grandioses manifestations à travers le pays, notamment avec des défilés montres.

 

Voici l’extrait du communiqué qui avait été lu ce jour là vers 2h du matin, il était déjà le 25 novembre, avant que le lieutenant-général Mobutu lui-même n’intervienne au micro de Radio-Léopoldville pour la première fois, vers 5h30 :

 

« A l’invitation du lieutenant-général Mobutu, commandant en chef de l’Armée Nationale Congolaise, les autorités supérieures de l’armée se sont réunies le 24 novembre 1965, en sa résidence. Ils ont fait un tour d’horizon de la situation politique et militaire dans le pays. Ils ont constaté que si la situation militaire était satisfaisante, la faillite était complète dans le domaine politique. 

 

Dès l’accession du pays à l’indépendance, l’Armée Nationale n’a jamais ménagé ses efforts désintéressés pour assurer un sort meilleur à la population. Les dirigeants politiques, par contre, se sont cantonnés dans une lutte stérile pour accéder au pouvoir sans aucune considération pour le bien-être des citoyens de ce pays… La course au pouvoir des politiciens risquant à nouveau de faire couler le sang congolais,tous les chefs militaires de l’ANC, réunis ce mercredi 24 novembre 1965 autour de leur commandant en chef, ont pris en considération de ce qui précède, les graves décisions suivantes :

 

  1.  Joseph Kasa-Vubu est destitué de ses fonctions de président de la République;
  1.  Monsieur Evariste Kimba, député national est déchargé de ses fonctions de formateur du gouvernement;
  2.  Le lieutenant-général Joseph-Désiré Mobutu assumera les prérogatives constitutionnelles du chef de l’Etat »

 

Plus tard, le lieutenant-général Mobutu s’exprimera en ces termes :

 

« Chers compatriotes, ici c’est le colonel Mobutu, chef d’état-major de l’armée nationale congolaise, qui vous parle de Léopoldville. L’armée nationale congolaise a décidé de neutraliser le chef de l’État. Il ne s’agit pas d’un coup d’État militaire, mais plutôt d’une simple révolution pacifique. L’armée va aider le pays a résoudre ses différents problèmes qui deviennent de plus en plus aigus », avait t-il annoncé.

 

Benjamin BABUNGA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×