Adoption de la feuille de route des réformes et des mesures gouvernementales : Judith SUMINWA salue l’étape franchie pour l’amélioration du climat des affaires en RDC. 

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Sous la houlette de la Ministre d’ Etat, Ministre du Plan Judith SUMINWA TULUKA, le comité de pilotage du « Groupe thématique Climat des affaires, Partenariat public-privé, promotion des investissements et de l’emploi » a validé le jeudi 02 novembre 2023, au cours de sa deuxième réunion, la nouvelle feuille de route des réformes et des mesures gouvernementales relatives à l’amélioration du climat des affaires en RDC.

 

Avant sa validation, ce projet avait d’abord été présenté par le Directeur Général de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissementsn( ANAPI), Antony Nkinzo Kamole.

 

Selon le DG de l’ANAPI, l’élaboration de ce document ayant pour trame de fond la description détaillée des objectifs à atteindre pour l’assainissement du climat des affaires en RDC, est une réponse à l’une des recommandations formulées lors de la 106 ème réunion du conseil des ministres, présidée le 28 juillet 2023 par le chef de l’Etat Felix Tshisekedi Tshilombo. Au cours de cette, les membres du Gouvernement avaient décidé de l’adoption d’une nouvelle feuille de route du Gouvernement sur le climat des affaires et la traduction de ses réformes en nouvelles assignations pour les ministères et services réformateurs.

 

 

Par la suite le DG Antony indiqué que cette feuille de route est issue des travaux de la retraite du Groupe Thématique de 113 experts tenus du 07 au 12 août 2023 à Venus-village, à Bibwa dans la commune de la N’sele. Il a précisé que cette feuille de route compte, dans sa nouvelle configuration, plusieurs réformes subdivisées en trois matrices à savoir:

 

  • la matrice des mesures urgentes à mettre en oeuvre par le Gouvernement; ces matrices n’exigent pas assez de formalités ou n’impliquent pas nécessairement l’intervention de plusieurs institutions ou encore la prise d’actes légaux et réglementaires pour leur matérialisation.
  • la matrice des réformes à court-terme : elle est constituée des réformes à mettre en oeuvre dans un délai ne dépassant pas une année.

 

À l’ issue de son exposé, quelques amendements ont été formulés par les différentes parties prenantes en vue d’enrichir le projet avant son adoption.

 

De son côté, La Ministre d’Etat, Ministre du Plan Judith SUMINWA TULUKA, s’ est réjouie de cette étape franchie pour un assainissement complet du milieu des affaires congolais tel que souhaité par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

 

« Nous l’avons adopté avec quelques amendements mineurs; ce qui nous permet de le soumettre au niveau du conseil des Ministres pour une dernière validation. À partir du moment où l’on arrive à apporter certaines réformes demandées par nos entrepreneurs et nos investisseurs tant locaux qu’ internationaux, notre pays se met inéluctablement sur la voie du développement. Aujourd’hui, nous sommes en train de parler de la nécessité de diversifier l’économie… Le secteur privé ne peut prétendre nous y mener: c’est le rôle dévolu au secteur public. Voilà qui justifie la nécessité et l’urgence pour le Gouvernement de mettre en place les moyens nécessaires pour attirer les investisseurs », a indiqué la ministre d’Etat et Ministre du Plan Judith SUMINWA TULUKA.

 

À en croire la Ministre d’État et Ministre du Plan, cette feuille de route va à coup sûr booster le développement de la RDC à l’heure où prédomine l’élan de la diversification de l’économie. Cette diversification, renchérit la ministre d’Etat, doit se faire avec l’apport du secteur privé.

 

 

Plusieurs hôtes ont participé à ces assises. Le gouvernement y a été représenté par le ministre du Commerce extérieur, celui du Budget, du Numérique et de L’entrepreneuriat, petites et moyennes entreprises.

 

La Présidence de la République, quant à elle, a été représentée par la cellule du climat des affaires, la cellule d’innovation, de changement des mentalités et le conseil d’éveil stratégique.

 

Avaient également rehaussé de leur présence, les Secrétaires Généraux de l’Administration Publique, les ministres du Gouvernement provincial de Kinshasa, les services étatiques réformateurs, le pouvoir judiciaire, le monde universitaire et scientifique, les partenaires techniques au développement, les représentations diplomatiques ainsi que le secteur privé.

 

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×