À cœur ouvert, Patty NZUZI se livre sur son futur et son passé.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Patty Nzuzi Wa MAKENGEDI a accordé un long entretien à la VOIX DU KONGO CENTRAL. Il y a deux semaines, le maire honoraire de la ville de Matadi nous recevait dans l’enceinte de son immeuble, situé dans le quartier Soyo.

 

À première vue, cette bâtisse encore en chantier n’a pas l’air sophistiquée! Mais à la scruter de près, on s’aperçoit très vite qu’elle vaut bel et bien le prestige d’un si grand homme. L’ancien locataire de la mairie de la ville chef-lieu du Kongo Central revient de prime abord sur son bilan comme Maire et, ensuite, clame son amour indéfectible pour le président de la République, Félix TSHISEKEDI.

 

Au cours du même entretien, et toujours dans une atmosphère on ne peut plus familière, Patty Nzuzi nous plonge enfin presque dans un récit de son carnet intime arborant ses bonnes relations avec les différents Gouverneurs jusqu’à nous retracer les grands axes de son voyage pour les États-Unis en 2021 avec le gouverneur Atou Matubuana lors de la signature du fameux contrat du siècle.

 

Vrai tribun de la plèbe à l’image d’Auguste César, catholique très engagé sur les traces de Saint Augustin ou saint Benoît… Voici un aperçu sur la dernière décennie de celui que l’on surnomme Océan.

 

L’HOMME et ses origines

 

Originaire du Territoire de Madimba dans l’ex district de la Lukaya, secteur de Ngufu: « Je suis de père et de mère Né Kongo », Patty Nzuzi a fait ses études primaires et secondaires à Kinshasa, notamment au groupe scolaire Mont Amba : « J’ai connu le Direcaba du chef de l’État André Wameso depuis l’école gardienne à Mont Amba et je partais manger chez eux », se rappelle-t-il. De là, il rejoindra l’université de Kinshasa d’où il sortira licencié en droit.

 

Lire aussi 

Ces hommes et femme qui font l’actualité dans la ville portuaire de Matadi.

 

Patty Nzuzi est humble voire Simpliste! C’est une attitude, aux dires de l’ancien maire, qui lui attire parfois des critiques. Cependant, il ne peut rien contre une vertu qu’il déclare innée : « J’ai grandi comme ça et c’est mon éducation. J’aime être avec les gens. D’ailleurs le chef (Félix TSHISEKEDI) nous avait demandé d’être avec la population », affirme-t-il. Un chef de l’État pour qui Patty Nzuzi clame tout son amour. (Nous y reviendrons).

 

Carrière politique

 

C’est en 2008 que La carrière politique de Patty Nzuzi s’ouvre. De fait, tout est parti de sa nomination par le gouverneur MBATSHI BATSHIA comme expert en COPIDE, la commission provinciale de l’investissement et développement. Son savoir-faire sera de nouveau mis à profit par le Gouverneur Jacques Mbadu qui le prendra comme conseillé chargé du suivi des infrastructures sportives politique.

 

En 2017, Patty Nzuzi est conseillé à la vice primature de l’intérieur. La même année, il sera rappelé à Matadi et nommé maire adjoint. En 2018, quelques mois avant la mort du gouverneur Jacques Mbadu, Patty Nzuzi sera élevé au poste de Maire de la ville portuaire de Matadi. Une ville qu’il dirigera pendant 4 ans et se tapera une forte notoriété dans la capitale provinciale du Kongo Central. Mais 4 années exceptionnelles où il connaîtra au total 4 gouverneurs au sommet de la Province.

 

Ses relations avec les anciens gouverneurs de la province.

 

Interrogé par notre rédaction sur ses relations avec les différents gouverneurs, Patty Nzuzi, bien qu’extrêmement retenu à ce sujet, a tout de même glissé un mot sur chacun d’eux.

 

Sur MBATSHI BATSHIA: « il m’a marqué par son sens d’écoute, ses idées par rapport à la province, un unificateur », indique-t-il au sujet du premier Gouverneur de la troisième république.

 

Avec Jacques Mbadu Nsitu; Nous l’avons dit, Patty était conseiller chargé du suivi des infrastructures et politique. Il affirme avoir entretenu une relation de père à fils avec l’ancien Gouverneur. Il est aussi l’un des rares né-Kongo à avoir parlé avec Lourd avant sa mort à Kinshasa en 2018 et faisait partie de ceux qui participaient au dernier repas entre Jacques Mbadu et ses disciples à BOMA, deux jours avant sa mort.

 

Patty Nzuzi raconte : « ce jour-là, j’ai pris conscience que le destin est inévitable. Au fait, il ne voulait pas me dire au-revoir, il (Jacques Mbadu) me montrait ce qu’il voulait du Kongo Central. À table, Il y avait Mabi Mulumba, actuel DG du BCCO et des délégués de la banque mondiale. On parlait du bétonnage de la route TSHIMPI: Il plaidait à la banque mondiale pour plusieurs projets à réaliser », relate le Maire honoraire.

 

Du côté Atou Matubuana, Patty Nzuzi semble avoir vécu ses moments de bonheur pendant le règne de l’ancien Gouverneur : « wana vieux na nga », témoigne-t-il en Lingala. Et d’ajouter : « Atou Matubuana est un grand frère pour moi, c’est mon vieux à qui je pouvais tout dire. On échangeait avec lui n’importe quelle heure, sa porte était ouverte pour moi. Avec Jacques, c’était autre chose, mais Atou Matubuana, c’est tout autre chose », clame-t-il.

 

Lire aussi : 

Il y a deux ans jour pour jour, le gouverneur Atou Matubuana signait « le contrat du siècle » avec des investisseurs américains.

 

« Nous étions réellement aux USA, invités par une firme. Nous avons présenté notre cahier de charge (ce dont on avait besoin en province). Les américains, quant à eux, exigeaient que la province eût payé en premier 10% du coût total. Et moi j’étais effectivement très inquiet. J’ai proposé que la mairie ne fût pas impliquée. Nous avons tout de même obtenu quelque chose pour la province, surtout en Arizona où le gouverneur avait été reçu par son collègue américain », explique Patty Nzuzi.

 

Mis en difficulté par un arrêté de la cour constitutionnelle, le Gouverneur Atou Matubuana avait laissé sa place à son Vice Justin Luemba afin d’assumer l’intérim. Patty Nzuzi affirme que ses relations avec Kiveni Nzambi furent compliquées au début: « Il se plaignait un peu trop de moi partout », raconte-il. L’ex Maire de la ville fait cette révélation : « Un jour en plein conseil de sécurité, il m’a demandé pardon en disant: monsieur le maire si une seule fois je t’ai critiqué pardonne moi. Et il a dit aux autres qui étaient dans la salle, ce qu’il (Patty) fait, c’est plus que nous le gouverneur ».

 

 

Par contre, en terme de gouvernance, Patty Nzuzi reconnaît la grandeur de l’ancien Gouverneur intérimaire: un homme pragmatique et un grand bosseur. « C’est vraiment l’école de Jacques Mbadu et MBATSHI ». Pour Patty Nzuzi, Justin Luemba Makoso est un grand bosseur: « j’ai reçu la rétrocession de Justin Luemba alors je ne l’ai jamais obtenue des autres gouverneurs. Justin aimait vraiment la province. Il a eu à régler beaucoup de problèmes », a fait savoir celui qu’on surnomme Océan.

 

 

Avec le docteur Guy Bandu. C’est le tout dernier gouverneur que Patty a connu. Le maire Honoraire affirme avoir battu campagne pour l’élection de l’actuel locataire de la résidence des gouverneurs à Ciné Palace : « de par mes relations avec ya Lolo (Wameso), j’étais vraiment impliqué. Guy Bandu, est un travailleur et un intellectuel de haut niveau; j’allais le voir quand j’avais un problème », conclut-il pour clore ce chapitre avec les anciens gouverneurs.

 

Son bilan à la tête de la mairie et les élections à venir

 

Le bilan de Patty Nzuzi parle à sa place. Devenu l’homme le plus populaire dans la ville portuaire, Patty Nzuzi a su séduire toutes les couches sociales, non seulement par sa simplicité mais aussi et surtout par l’immense bilan qu’il aura laissé. À titre indicatif, le bétonnage de la route KASU. Patty Nzuzi la considère comme sa plus grande réussite.

 

Nous nous sommes rendus sur la fameuse route KASU pour interroger la population et le témoignage touchant d’un père de 68 ans aura suffi pour nous convaincre : « ma femme est morte à cause de cette route, nous avons souffert, il a fallu que Patty soit là pour qu’enfin on voit le bout du tunnel. Personne ne saura nous séparer de notre amour envers lui », témoigne-t-il.

 

« Les gens sont morts effectivement à cause de la dégradation de cette route, c’était devenu une montagne abimée. Et il y a des chauffeurs qui avaient interdiction d’emprunter cette voie par leur patron. Derrière le stade, la route était abimée nous l’avons bétonnée. Au Nord, il n’y avait rien, nous avons bétonnée. Le rond-point buima jusqu’au 4 building, nous avons bétonné, la route qui va vers Toulouse, nous l’avons aussi fait », explique l’ex Maire de la ville Patty Nzuzi.

 

Ça ne se limite pas là ! Patty Nzuzi a construit un escalier de KASU jusqu’au quartier Sud. À Nzanza, toute une avenue a été baptisée, avenue Patty Nzuzi par la population. Dans cet esprit de reconstruction, le Maire honoraire a initié la réhabilitation du réseau électrique dans presque 90% de la ville. « Matadi est devenue aujourd’hui devenue, ville lumière, nous avons laissé des empreintes », commente-t-il.

 

Lire aussi

Patty Nzuzi Wa Makengedi le dernier Bula Matari

 

Patty Nzuzi, c’est aussi ce Maire de la ville qui nourrit sa population pendant les périodes des fêtes. « Il distribue du riz et des poulet à la population pendant les fêtes de fin d’année », explique un journaliste. En vrai tribun de la plèbe, Patty Nzuzi passe la majeure partie de son temps au milieu des pauvres. Une attitude qui lui vaut la sympathie même des jeunes appelés kuluna.

 

Les élections à venir et ambitions politiques.

 

À quelques mois des élections générales, Patty Nzuzi Wa MAKENGEDI sait qu’il est attendu au tournant. Malgré sa forte popularité, l’homme n’a pas perdu de vue que rien n’est gagné. Chaque weekend, il se rend régulièrement à Matadi pour visiter ses proches et sa base. Tous les jours à 6H, il se rend à l’église: « il n’a jamais manqué une messe », explique Ricky Lelo, l’un de ses proches.

 

S’il confirme qu’il est bien candidat aux élections législatives et Provinciales, Patty Nzuzi se garde pour l’instant d’indiquer le nom de son parti politique : « Je suis candidat et c’est la population qui m’a demandé d’être candidat à tous les niveaux, sauf à la présidence où j’ai mon candidat Félix TSHISEKEDI », avoue-t-il. D’après nos informations, il serait bien dans un regroupement, proche du parti présidentiel.

 

Patty Nzuzi et Carlos Lutete Yoka Son le jour du dépôt de sa candidature 20 juillet

 

 

Au fait Patty Nzuzi clame tout son amour sur l’actuel président Félix Tshisekedi. Pour lui, il est prêt à tout. « C’est mon candidat, je battrai campagne pour lui. J’ai toujours dit aux matadiens que ce que je faisais était au nom du président de la République et je vais rentrer demander à la même population de soutenir le chef. Cette année matadi ne sera pas dans l’opposition. Je battrai campagne pour le chef et nous allons accompagner à la victoire », rassure t’il.

 

Débarqué par Félix TSHISEKEDI de la mairie, Patty Nzuzi n’a pas gardé rancune et se la joue fair play. « Il faut toujours s’attendre à la remise et reprise quand vous avez des fonctions d’État. Le chef de l’État, c’est l’entraîneur; lorsqu’un entraîneur change un joueur c’est pour renforcer l’équipe. Je suis sur le banc de réserve demain il y aura un autre match » tente-t-il de justifier en emprunter cette tournure propre au football moderne.

 

A-t-il des ambitions d’être gouverneur du Kongo Central ? À cette question, Patty Nzuzi préfère botter en touche : « il y a un gouverneur qui n’a pas fait 5 ans, je ne vois pas pourquoi je vais me présenter », se contente-t-il de glisser avec un léger sourire. Avec son successeur à la tête de la mairie de Matadi Dominique NKODIA, Patty Nzuzi affirme avoir des très bonnes relations: « On discute, je l’appelle, on parle parfois, on échange, c’est un cousin à moi », nous a-t-il confié.

 

Reste à savoir s’il la réalité ne va pas le rattraper un jour, car comme le dit Winston Churchill : « être homme politique, c’est être capable de dire à l’avance ce qui va arriver demain, la semaine prochaine, le mois prochain, l’année prochaine. Et d’être capable d’expliquer après, pourquoi rien de tout cela ne s’est pas produit ». Le rendez-vous est pris en 2024 avec Patty Nzuzi.

 

Martin SOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×