Kimpese : Fin de la campagne gratuite de sensibilisation, dépistage et consultation du cancer des seins et du Col de l’utérus par la FOMAYI ASBL.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Du 01 au 18 juin la Fondation MAYIBANZILUANGA, FOMAYI ASBL en sigle a organisé une campagne gratuite de sensibilisation, dépistage et consultation du cancer des seins et du Col de l’utérus au centre Médical CBCO-KIMPESE. Cette campagne concernait toutes les femmes du territoire de Songololo. « La santé reste la priorité, il nous a fait soigner à la place de nous donner des pagnes », a déclaré une maman très satisfaite par cette campagne.

 

Au total près de 500 mamans se sont fait volontairement consultées par des médecins sur fond propre de Giresse MAYIBANZILUANGA, initiateur de la Fondation FOMAYI ASBL. Cette campagne a aussi concerné d’autres maladies dont les infections sexuellement transmissibles. « Nous sommes satisfaits car la campagne a été un succès. Vaut mieux fuir une maladie que la guérir , voilà pourquoi nous avons aussi procédé à la sensibilisation », a déclaré l’initiateur de la FOMAYI ASBL.

 

Des femmes au centre médical CBCO-KIMPESE

 

Pendant deux jours, des nombreuses femmes venues de partout dans le Territoire de Songololo se sont fait dépistées. Un engouement qui a réjoui Giresse MAYIBANZILUANGA, cadre de l’union pour la nation: « nous avions commencé par la sensibilisation dans les quartiers et après pendant deux jours les médecins sont passés à l’œuvre. Nous tenons à remercier la population, notamment les mamans qui ont répondu massivement à notre appel ».

 

Consultation et dépistage au centre médical CBCO-KIMPESE

 

Par ailleurs, Giresse MAYIBANZILUANGA a remercié les médecins qui ont réalisé un travail fantastique et sans relâche pendant deux jours. Il a aussi remercié toutes les femmes qui ont fait le déplacement pour se faire dépister. Cadre au sein de l’UNC , Vital Kamerhe, ministre de l’économie et président national du parti, s’est dit satisfait par le travail réalisé par l’un de ses fervents soldats dans le Kongo Central.

 

Martin SOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×