Lettre du Ministre des droits humains Albert Fabrice Puela à Simon Floribert MBATSHI BATSHIA.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Honorable Simon Floribert Mbatshi Batshia

 

À l’occasion de votre anniversaire de naissance et pour vos 50 ans de mariage, j’aurais aimé être à vos côtés, méditer encore Luc 24, 29 et rendre grâce à Dieu pour tous ses bienfaits dans votre vie et celle de ma jumelle du 25 juillet, maman Jacky Mbatshi, mais hélas! Je me retrouve en mission de service hors du pays.

 

Vous êtes, cher mbuta! une grande bénédiction pour ce pays et particulièrement pour notre province. Vous êtes un très grand modèle de grandeur dans l’humilité, l’altruisme, le service et surtout la compassion.

 

Pour moi, modestement témoin et acteur politique contemporain du pays et de notre province, vous êtes l’un des meilleurs, si pas le meilleur gouverneur qu’il n’ait été donné à notre province de connaître depuis les années 1990.

 

Je commençais à peine l’école primaire à Matadi, lorsque vous fûtes élu pour la 1ère fois comme commissaire du peuple. Vous réitérerez cet exploit en vous faisant réélire en 1982! Vous serez à l’époque, l’un de plus jeunes membres du gouvernement de notre pays avant de devenir ce grand PDG de la SNCC pendant son âge d’or; société dans laquelle vous avez laissé des traces indélébiles.

 

Vous êtes et demeurez un modèle pour plusieurs à plus d’un titre. Vous n’êtes aucunement candidat à la béatification encore moins à la canonisation (santo subito), mais vous êtes réellement un homme de bien. Les erreurs et les faux-pas, vous les commettez parfois comme tout mortel, mais je reconnais en vous, un homme de très bonne foi, ne causant pas du tort de manière délibérée malgré les incommensurables coups bas et la somme d’ingratitudes que vous recevez souvent de la part de ceux qui ont bénéficié de vos largesses et de votre immense générosité. Oui! « Sala kisalu’ange yina ke pesa nge ki bakala… »

 

Je ne suis ni de votre territoire ou de votre famille nucléaire et politique, je ne vous avais pas facilité la tâche dans mon rôle d’opposant pendant que vous étiez gouverneur, mais je n’oublierai jamais que vous êtes un homme vrai, tolérant et altruiste. Jamais, contrairement aux autres, il vous était arrivé de planifier le mal contre moi ou d’attenter à ma vie. Vous compreniez que je jouais mon rôle constitutionnel… Même s’il m’était donné de vivre 100 ans, vos hauts faits sociaux et politiques jamais je ne les oublierai.

 

Le bien que je sais de vous, je préfère le faire savoir au monde et à vous-mêmes aujourd’hui et non demain dans le cadre d’une oraison funèbre, l’avenir du reste n’appartenant qu’à Dieu qui, seul maîtrise la longévité de chacun d’entre nous.

 

Je rends grâce à Dieu pour votre vie, vous le fidèle compagnon de maman Jacky durant plus de 50 ans. Merci encore pour ce que vous êtes et pour ce que vous faites pour vos semblables que nous sommes. Longue vie à vous mbuta… et demeurez encore béni.

 

Me Albert Fabrice Puela

Ministre des droits humains

Le 24 mai 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×