Insultes, corruption et divulgation des secrets d’État: quand deux élus provinciaux se règlent de compte dans les réseaux sociaux à travers plusieurs audios compromettants.

0
Aidez-nous à partager cet article

 

L’affaire question d’actualité adressée au directeur général de la DGRKC prend une tournure inquiétante. Alors que l’assemblée provinciale avait rejeté la question d’actualité de l’honorable Édouard SAMBA de suite d’une motion incidentielle de son collègue Madee Lubela THAMBA, les deux élus provinciaux se règlent de compte depuis la nuit à travers plusieurs audios relayés sur WhatsApp des nombreuses fois.

 

D’abord, L’honorable Édouard SAMBA qui accuse son collègue d’avoir reçu 3,000,000Fc pour faire capoter sa question d’actualité. « Et c’est seulement 3.000 .000 FC ,honte à toi Madee vraiment« , a écrit-il. De son côté, la députée provinciale répond en évoquant la claque subie par son collègue à l’assemblée provinciale : « Je comprends que tu fasses l’insomnie après ton humiliation publique mais courage mon frère. Un docteur vient de tabasser un juriste de formation nocturne. Kiadi« , écrit elle . Cette dernière accuse aussi son collègue d’avoir tenté d’escroquer la DGRKC dans une affaire de 50,000$. « Tu voulais escroquer la DGRKC et tu n’as pas compris comment l’argent n’est pas sorti« .

 

Le début de la dispute un peu timide prend une autre tournure lorsque Édouard évoque la mort de l’honorable Valérie Malonda, mère Madee Lubela Malonda : « De toute façon,la population a compris qu’il s’agit de la malédiction familiale,ta mère est morte à cause de la trahison et toi aussi tu risques de mourir à cause de cette malédiction« , a  encore écrit Édouard SAMBA. Une message qui a laissé exploser la colère de Madee Lubela et qui a aussitôt promis de saisir la justice contre son collègue.

 

Alors que la dispute prenait déjà des tournures inquiétantes, l’honorable MADEE Lubela va à son tour dégainer ses cartouches à l’endroit de son collègue. À Édouard SAMBA qui se vante d’être un avocat, la fille aînée de l’ex Ministre du budget sous Atou Matubuana lance sa première cartouche : »Tu te vantes d’être avocat depuis 2009, cites nous un seul procès que tu as gagné« . Pris en sandwich, l’élu de SEKE BANZA répond à son interlocuteur en évoquant la somme de 15,000$ qu’il gagnerait chaque mois grâce sa profession d’avocat. « Je gagne 15, 000$ chaque mois étant avocat« , a-t-il déclaré.

 

L’honorable Madee Lubela THAMBA a continué de mettre sous pression son interlocuteur en évoquant cette fois ci la trahison sous Atou Matubuana: « Tu avais refusé de démissionner pour sauver Atou Matubuana à l’assemblée provinciale, tu es un traître« . Assommé, l’élu de SEKE BANZA tente de se justifier en rappelant une discussion qu’il avait eu avec l’ex Gouverneur en présence du président de l’Assemblée provinciale Jean Claude Mvuemba : « Je suis un homme d’État », répond Édouard SAMBA à son collègue :  » J’ai dit à Atou Matubuana devant Jean Claude Mvuemba à 2H du matin que je refuse de démissionner« .

 

Enfin, les deux élus provinciaux se sont donnés rendez-vous, coup sur coup à travers des audios incendiaires, d’en découdre devant le procureur. L’honorable Madee Lubela, qui s’est sentie lésée par les propos de son collègue à l’endroit de sa défunte mère Valérie Malonda, a promis de saisir la justice dès ce matin. « Vas y, je suis un homme de procès,sans procès je ne peux pas vivre « , lui a répondu l’élu de SEKE BANZA qui n’a malheureusement pas évité d’évoquer la vie privée et affective de son collègue.

 

Ces audios sont arrivés ce matin sur le bureau du bâtonnier du Kongo Central. Selon nos informations Madame Cherine Luzaisu serait très mécontente de certains propos tenus par Édouard SAMBA : »L’avocat est ténu à une certaine discipline« , aurait elle déclaré. L’image de toute une institution salie sur la place publique :  » Il ne faut pas applaudir une telle bêtise, un homme ne peut pas descendre jusqu’à ce bas niveau, intelligence émotionnelle nulle« , a réagi pour sa part Seigneur MBAMBU , un internaute très connu au Kongo Central.

 

Martin SOLO 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×