Encore une fois le Ministre des finances retarde une décision du Président de la République sur le Kongo Central. Une énième injustice ?

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Le 9 décembre en conseil des Ministres, le Président de la République avait ordonné au Ministre des Finances Nicolas Kazadi que la redevance pétrolière pour la Province du Kongo Central soit désormais retenue à la source chaque mois et de prendre toutes les dispositions dès le début de l’exercice budgétaire 2023, pour non seulement assurer le décaissement régulier de cette redevance, mais aussi de fixer les modalités de paiement des manques à gagner enregistrés y relatifs jusqu’à ce jour.

 

Un mois et demi plus tard, le Ministre des Finances, comme dans ses habitudes, tarde d’après nos sources à mettre en pratique cette décision du chef de l’État qui n’est pas un cadeau pour le Kongo Central mais le fruit de son riche territoire. Une décision pourtant très acclamée au Kongo Central par les fils et filles de cette Province mais qui n’est toujours pas exécutée par le Ministre des Finances, Nicolas Kazadi. Faut il parler d’une énième injustice pour la province du Kongo Central ? MUANDA Nsemi avait Il raison ? s’interroge t-on dans certains milieux.

 

Une certaine opinion évidemment dans la province pense que le Kongo Central n’est pas considéré à sa juste valeur contrairement aux provinces minières du Katanga qui bénéficient de la redevance minière. La décision du Président de la République de rétablir le Kongo Central dans ses droits, avait pourtant suscité de l’enthousiasme dans l’opinion publique qui croyait avoir tourné la page des injustices dont la Province de Simon Kimbangu a toujours fait l’objet.

 

Lire aussi : Tout comprendre sur l’importante annonce du Président de la République pour la Province du Kongo Central

 

Il est plus que temps que le Ministre des Finances Nicolas Kazadi lève l’équivoque et exécute pour une fois la décision du Président de la République pour atténuer les frustrations à quelques mois des élections générales. La non exécution de la décision du Président de la République risquerait de confirmer le sabotage des décisions prises en conseil des Ministres sur la Province du Kongo Central.

 

Il faut dire que c’est pas la première fois qu’une décision du chef de l’État en conseil des Ministres sur le Kongo Central soit bafouée ou non appliquée. Le 11 Février 2022, le Président de la République avait déjà instruit le Ministre des Infrastructures et travaux publics de réhabiliter la route qui mène vers le mausolée du Président Kasa Vubu. Une instruction qui n’a jamais été suivie par le Ministre sectoriel. Se dirige t-on vers un autre boycott d’une décision du chef de l’État ?

 

Martin SOLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×