CE JOUR-LA 12 janvier 1972, début de la chasse aux sorcières contre le Cardinal Malula après la publication d’un éditorial dans « Afrique Chrétienne » contre la politique de l’Authenticité de Mobutu. (Par Benjamin BABUNGA WATUNA)

0
Aidez-nous à partager cet article

 

Culture générale : CE JOUR-LA 12 janvier 1972, début de la chasse aux sorcières contre le Cardinal Malula après la publication d’un éditorial dans « Afrique Chrétienne » contre la politique de l’Authenticité de Mobutu.

 

Ca sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase. A tort, la paternité de cet éditorial est imputé par le régime Mobutu au Cardinal Malula.Dans cet éditorial étincelant, tout en prenant acte de la nécessité pour les peuples africains de retrouver et d’assumer les valeurs de leurs traditions, l’auteur de l’éditorial dressera un réquisitoire implacable contre le contenu de cette doctrine formulée par Mobutu.

 

Dans les milieux du MPR, Parti-Etat, pas de doute : c’est le Cardinal Malula qui l’a écrit lui-même. On considère son contenu comme un véritable brûlot contre la politique de l’Authenticité que venait de prôner le Président Mobutu. Commence alors une épreuve de force. Le 15 janvier 1972, le Président Mobutu part en Suisse, dans sa luxueuse villa à proximité de Lausanne, pour un « repos médical« .

 

Au pays, ses acolytes s’activent pour lancer ce qui sera très vite qualifié de « Affaire Malula« . De quoi s’agit-il?Le MPR va poursuivre le Cardinal Malula en justice. Chefs d’accusation déposés contre lui:
1. remise en cause de l’Authenticité,
2. refus d’installer le comité de la JMPR au Grand Séminaire Jean XXIII
3. écriture de lettres subversives, comportement anti révolutionnaire.

 

Le 17 janvier, de la Suisse où il se trouve, le Président Mobutu va promette de réagir vigoureusement contre le prélat catholique : « Cela, le Cardinal Malula va le payer très cher. Je dis bien, très cher! » fulminera Mobutu au micro des journalistes. Entre-temps, la parution de « Afrique Chrétienne » fut interdite, son directeur arrêté, et l’imprimerie Saint-Paul où était édité l’hebdomadaire fut fermée.

 

Dans la foulée, le Cardinal Malula fut radié de la plus haute distinction du pays (l' »Ordre National de Léopard »).Le 25 janvier, le Cardinal Malula fut exproprié de sa demeure à Kinshasa, l’ordre lui ayant été donné 2 jours auparavant de quitter les lieux. Les militaires zaïrois mirent un zèle particulier dans l’application des consignes.La population zaïroise, horrifiée, va suivre en direct de la télé nationale ce geste d’humiliation d’un Cardinal sortant ses meubles sous le regard vigilant des activistes du MPR et des militaires.

 

La résidence du Cardinal sera d’ailleurs transformée en QG de la JMPR.On assista à un lynchage médiatique sur les émissions simultanées de la radio-télé, intitulées expressément « Révolution de l’archevêque renégat ». Le Cardinal Malula y était violemment pris à partie. Le Vatican finit par le rappeler au Saint Siège, pour un moment de repos.

 

Benjamin BABUNGA WATUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×